Lingua ae divus a um (2 logos exclusifs et 3 entrées bêta)

Voici le dernier compte rendu de mission de l'équipe de recherche du « Projet de la Pierre des Bienfaiteurs » de TR-JOL concernant la découverte en Bretagne de deux nouveaux logos jusqu'à ce jour inconnus . Vous apprendrez ici comment nous les avons trouvés, et comment nous aider à percer leur mystère (avec comme récompense possible un accès au bêta-test).

LINGUA AE DIVUS A UM

Projet de la Pierre des Bienfaiteurs
Compte-rendu de mission

Nos recherches sur de nouveaux logos étaient au point mort quand un correspondant de notre équipe a mis la main sur un livre ancien trouvé chez un antiquaire du Vieux-Québec : un ouvrage original daté du XVe siècle et traitant des reliques de Saint-Gildas. D'aucuns se demanderont quel est le rapport avec le Projet de la Pierre des Bienfaiteurs : il suffit de savoir qu'une page de ce livre concerne une relique, dont il est dit qu'elle serait tombée du ciel pour comprendre notre intérêt. Il est fait référence à la « lingua ae divus a um », un langage céleste.

Lingua ae divus a um (2 logos exclusifs et 3 entrées bêta)

Le texte nous apprend qu'en l'an 914, lors des raids Normands, toutes les reliques de Saint-Gildas furent mises en lieu sûr, sauf celle-ci. L'abbé de l'époque ne voulant pas qu'elle quitte les lieux, il l'aurait fait cacher dans une crypte. Avec les attaques et reconstructions successives du monastère, le secret fut perdu et la relique oubliée.

Le jour même, nous nous sommes présenté comme membres d'une mission archéologique patronnée par le CNRS à l'abbesse de la communauté des Soeurs de la charité de Saint-Louis - elles occupent les lieux depuis 1990. On nous a laissé toute liberté pour nous promener et nous avons rapidement trouvé la crypte mentionnée dans l'ouvrage. Mais bien que nous l'ayons parcourue de long en large et scruté avec minutie, nous n'avons rien trouvé : aucune trace de la relique, pas de passage dérobé, de son creux... Seul détail intriguant, le soubassement de l'un des murs semblait fraîchement rénové.

Carte routière localisant Saint-Gildas-de-Rhuys

Après mûre réflexion, nous avons décidé de révéler le but véritable de nos recherches à l'abbesse. Le temps d'écouter son sermon, nous lui avons montré quelques planches sur les logos connus. Ils lui ont de suite semblé familiers et elle nous a parlé de soeur Marthénie, ancienne responsable de l'abbaye à qui elle avait succédé et qui aurait eu pour marotte (ce sont ses mots), l'étude des logos. Nous aurions dû commencer par là...

L'abbesse nous a ensuite guidé vers son bureau où se trouvait un ordinateur. Celui-ci contenait un ensemble de dossiers comprenant divers documents, dont un qui devait être le journal de soeur Marthénie : elle y disait avoir trouvé la fameuse relique après qu'une secousse sismique mineure l'ait délogée de sa cache en détruisant un pan de mur.

Voici un extrait du journal : « Bien que je n'en sois pas certaine, j'en viens à suspecter l'origine extra-terrestre de cet artefact (...) comment conserver ma foi ? (...) les bords de la plaque de métal ont dû fondre sous l'effet de la friction lors de la rentrée dans l'atmosphère (...) il s'agit certainement d'un langage divin - lingua ae divus a um ? (...) J'ai trouvé un site recensant la signification de ce qu'ils nomment « logos » (...) seuls les deux glyphes du milieu ne figurent pas dans leur liste (...) je touche enfin au but : je suis certaine d'avoir trouvé le sens des deux signes restants. (...) Par malheur, la relique a été dérobée : je n'avais pas pris de précautions particulières pour la tenir en lieu sûr (...) Devrais-je rendre publiques mes découvertes ? Quoi qu'il en soit, il vaut mieux protéger mon travail (...) ».

Vue de la nef de l'église

Tout était là. Soeur Marthénie avait trouvé la relique et secrètement, elle avait mené des recherches pour trouver le sens des deux glyphes inconnus.

Aujourd'hui, alors que nous connaissons la signification de nombreux logos et que nous sommes proches de pouvoir en ajouter deux nouveaux à la liste, nous butons toujours sur un obstacle : le programme utilisé par soeur Marthénie pour protéger son travail. L'accès aux fichiers tant convoités dépend d'une énigme dont la solution tient lieu de mot de passe : il faut trouver la ligne suivante de cette suite de chiffres. Deux techniciens de notre équipe travaillent sans relâche depuis maintenant plusieurs heures pour casser le code - sans succès pour le moment.

Capture d'écran du programme

NOUS AVONS BESOIN DE VOUS !

Vous pouvez voir l'énigme en question sur la capture d'écran : si vous pensez détenir la solution, faites-la nous parvenir au plus vite par courriel à lordragon@jeuxonline.info en cliquant ici. Ceux d'entre vous qui nous auront aidé à progresser dans nos recherches seront récompensés comme il se doit.

Nous comptons sur votre aide pour aider le Projet de la Pierre des bienfaiteurs à progresser !

Projet de la Pierre des Bienfaiteurs
équipe d'investigation

Nous vous invitons à participer à ce petit jeu qui vous permettra de gagner l'une des trois entrées disponibles pour le bêta-test. Au cas ou plus de trois personnes trouveraient la solution, les gagnants seront tirés au sort parmi les bonnes réponses. Vous avez jusqu'au dimanche 15 avril 2007 à minuit GMT+1 pour envoyer vos réponses.

Indice #1 : Pour résoudre cette énigme, il faut désapprendre tout ce que l'on sait.

Réactions (22)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Tabula Rasa ?

195 aiment, 33 pas.
Note moyenne : (264 évaluations | 39 critiques)
6,1 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de Tabula Rasa
(49 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu